Logo scanrenovation
Rechercher...

Quelles sont les aides publiques à la rénovation de son logement ?

Aide a la renovation

La rénovation de son logement n’est pas qu’esthétique. Construit il y a des décennies, il peut être essentiel d’effectuer certains travaux d’isolation ou de réfection. En effet, mal isolée, votre maison ne conserve ni la chaleur ni la fraîcheur. Vous êtes donc obligé de surchauffer ou d’utiliser des systèmes de refroidissement très gourmands en énergies. Véritable fléau pour l’environnement, la consommation excessive d’énergie amenuise les ressources de la planète et est responsable de fortes émissions de gaz à effet de serre. C’est pour venir à bout de cela, que le Gouvernement multiplie les aides pour inciter et aider les Français à rénover leur logement.

 

Les aides pour la rénovation de son logement

 

Poussé par l’urgence climatique et les accords internationaux en faveur de l’environnement, l’État a mis en place plusieurs aides pour la rénovation énergétique. Selon vos besoins et votre budget, vous ne vous tournerez pas vers le même dispositif.

Pour les propriétaires de résidence principale

L’aide la plus connue, qui est venue remplacer le crédit d’impôt transition énergétique est MaPrimeRénov. Mise en place en 2020, elle permet aux propriétaires, bailleurs et copropriétaires de résidences principales de faire les travaux nécessaires à la rénovation énergétique de leur habitation. Octroyée sous conditions de ressources, MaPrimeRénov peut atteindre un montant de 8000 euros. Tous les travaux ne sont pas finançables avec cette aide. En effet, elle vous permet de financer vos travaux d’isolation, de chauffage, de ventilation ou encore pour réaliser l’audit énergétique de votre logement. Pour en bénéficier, il suffit d’en faire la demande, directement en ligne. Attention cependant, il est nécessaire de faire faire ses travaux par des entreprises labellisées RGE, c’est à dire, reconnues garantes pour l’environnement. De plus, le montant qui vous a été octroyé ne vous sera versé que sur présentation de la facture et, une fois les travaux terminés

Pour les foyers les plus modestes, il existe l’aide Habiter mieux sérénité de l’Anah. Dédiés aux logements construits il y a plus de 15 ans, elle permet de financer les travaux permettant un gain d’au moins 35% d’énergie. Selon le chantier envisagé et les ressources de votre foyer, le montant de l’aide sera différent. Par exemple, les ménages aux revenus très modestes peuvent se voir octroyer jusqu’à 15 000 euros sur le montant total de leurs travaux alors que les foyers un peu plus aisés, ne toucheront pas plus de 10 500 euros. 

Jusqu’au 31 décembre 2021, il est possible de demander un prêt à taux zéro pour réaliser vos travaux de rénovation énergétique. Pouvant financer jusqu’à 40 % de votre projet immobilier, il peut atteindre les 138 000 euros. Il vous permet de ne faire aucune avance de trésorerie et de ne pas être soumis au remboursement de taux d’intérêt. Le PTZ, comme les aides citées précédemment dépendent de vos revenus, mais également de la localisation de votre habitation. De plus, pour se le voir accorder, il ne faut pas que vous ayez été propriétaire durant les deux années précédant votre demande. C’est un coup de pouce qui s’adresse en priorité à ce que l’on appelle les primo-accédants, et aux ménages possédant des revenus modestes. Pour en bénéficier, vous devez vous tourner directement vers votre établissement bancaire qui sera en mesure ou non de vous le proposer. 

 

Les autres aides

 

Que vous soyez locataire ou propriétaire, vous pouvez bénéficier du chèque énergie. Distribué automatiquement en fonction de vos ressources, il a pour but de vous aider à régler le montant de vos factures énergétiques. Cependant, il peut également être utilisé pour effectuer des travaux de rénovation dans votre logement.

Si les aides dédiées à la rénovation énergétique sont en majorité financées par l’État, il en existe d’autres, octroyées par des organismes privés. Nous pouvons par exemple citer les primes CEE, certificats d’économies d’énergie qui sont proposées par les fournisseurs d’énergies, de carburants eux-mêmes. Étant des aides d’ordre privé, leur montant dépend de l’organisme vers lequel vous vous tournez. D’autres dispositifs existent, si vous souhaitez en savoir plus, toutes les aides sont listées sur Economie.gouv.

 

Cumuler les aides

 

Il faut savoir que certaines aides du gouvernement peuvent se cumuler. Si MaPrimeRénov’ et Habiter mieux sérénité sont deux aides qui ne sont pas cumulables, les deux peuvent être couplées avec le chèque énergie ou encore la TVA réduite. Quant au prêt à taux zéro, il peut être utilisé pour couvrir le reste du montant à régler. 

De plus, certaines régions, communes et départements proposent des aides locales pour aider ses habitants à procéder à la rénovation de leur logement. Pour en bénéficier, il peut être intéressant de vous rapprocher de ces instances. 

 

Rénover pour économiser

 

Entreprendre la rénovation énergétique de son logement, en plus d’être un geste écologique, est le moyen le plus efficace pour économiser sur le long terme. En effet, en couplant un système de chauffage performant à une bonne isolation, vous ne subissez plus de pertes d’énergie. La chaleur reste, la fraîcheur aussi.

Vous pouvez réduire encore plus vos factures d’électricité et de gaz en prenant le contrat d’électricité le moins cher. En effet, la concurrence étant libre sur le marché de l’énergie, les fournisseurs, pour attirer les consommateurs proposent des offres alléchantes, avec des tarifs soient bloqués pendant plusieurs années, soient plus bas que les fournisseurs emblématiques tel que EDF. Maintenant que votre logement a une bonne performance énergétique, il peut être intéressant de comparer les offres d’énergie, puisqu’elles permettent d’économiser plusieurs centaines d’euros par an ; alors même que nous assistons à une flambée des prix du gaz et de l’électricité. Les experts recommandent d’ailleurs de prendre des offres à prix fixe, pour éviter les prochaines augmentations attendues.