Logo scanrenovation
Rechercher...

Que penser à faire avant d’envoyer votre offre d’achat

Maison a vendre

Vous avez enfin trouvé le bien immobilier que vous recherchiez, et vous vous apprêtez à faire une offre d’achat.

Il est conseillé de procéder à quelques vérifications avant d’envoyer ce document engageant pour l’acheteur. Voici quelques points d’attention pour être sûr de ne pas se tromper.

Vérifier que vous achetez au bon prix

Il est bien évidemment conseillé de s’assurer que vous achetez votre bien au bon prix. Il existe de nombreuses méthodes pour estimer la valeur du bien, et ces méthodes peuvent varier selon votre projet immobilier.

Par exemple, dans le cadre d’un investissement locatif, vous avez surtout besoin de vous assurer que le prix d’achat vous permet de maintenir la rentabilité que vous visez.

Il reste cependant important de rester dans les prix du marché. Pour cela, vous pouvez par exemple voir les autres annonces immobilières de biens comparables sur les portails d’annonces. Elles vous permettront d’avoir un premier aperçu des prix pratiqués dans le secteur pour ce type de biens.

Une autre source d’information intéressante est la base DVF. Cette base recense toutes les ventes immobilières réalisées sur le territoire depuis 2014. Elle vous permet d’obtenir pour chaque vente :

Vous pouvez ainsi facilement consulter les ventes de biens comparables réalisées récemment à proximité du bien qui vous intéresse.

Les montants de ces ventes ont l’intérêt d’être factuels car c’est ce qui est déclaré au gouvernement. Ils sont affichés à des prix hors frais d’agence et hors frais de notaire.

Évaluer le montant d’éventuels travaux

Si vous envisagez d’effectuer des travaux de rénovation ou d’extension sur le bien immobilier, il est fortement conseillé d’obtenir une première estimation macro du montant des travaux avant de transmettre son offre d’achat.

En effet, les montants des travaux peuvent très facilement doubler voir tripler selon les contraintes techniques qui se présentent. C’est pourquoi une contre-visite avec un professionnel du bâtiment vous permettra rapidement d’avoir un ordre de grandeur du montant des travaux que vous désirez faire.

Le professionnel sera également en mesure de vérifier la faisabilité de ce que vous envisagez de faire. En effet, les contraintes structurelles du bâtiment ou les règles du PLU pourraient compromettre la réalisation de votre projet si elles ne sont pas vérifiées au préalable.

De plus, si les travaux que vous envisagez de faire nécessitent le dépôt d’une Déclaration Préalable ou d’un Permis de Construire, vous pouvez également ajouter une clause suspensive liée à l’acceptation par la mairie de votre demande.

Cela vous permettra de vous dérisquer si l’achat de votre bien est conditionné par la capacité à réaliser les travaux que vous envisagez. 

Et pour aller plus loin, vous pouvez même demander une clause suspensive d’acceptation et libre de tout recours. Cela signifie que vous vous dérisquer également vis-à-vis d’un tiers, un voisin par exemple, qui souhaiterait déposer un recours.

En revanche, il faut garder à l’esprit que ce genre de clauses suspensives retarde la signature de l’acte de vente car il faudra attendre que toutes les clauses soient levées avant de signer l’acte.

Vérifier le cadastre

Il est également recommandé de récupérer les informations cadastrales du bien que vous souhaitez acquérir. Une rapide consultation de la visualisation graphique du plan cadastral vous permettra de vous assurer des limites du terrain, et de distinguer quels éléments bâtis ont été déclarés.

En effet, des garages ou des piscines ne sont parfois pas déclarés et il est important de s’assurer que cela a été le cas, ou que le propriétaire actuel fasse le nécessaire pour régulariser sa situation si certaines démarches avaient été oubliées.

La consultation du cadastre peut se faire facilement en ligne à partir de l’adresse du logement.

Si besoin, votre notaire peut également vous aiguiller sur d’éventuelles questions que vous pourriez avoir vis-à-vis du cadastre.

Obtenir et consulter tous les documents reçus

Le vendeur a l’obligation de remettre certains documents à l’acheteur. Parmi eux, il y a bien évidemment les diagnostics du logement, mais aussi les éventuels compte-rendus d’Assemblées Générales si le bien est dans une copropriété.

Il est conseillé de vous rapprocher de votre notaire pour connaître la liste des documents que le vendeur doit vous fournir.

Les documents communément demandés sont les suivants :

La consultation des documents vous permettra d’en savoir plus sur le logement et la copropriété, et de s’assurer que tout est en règle et d’éviter des dépenses non anticipées.

Contacter votre banque

Au stade de l’offre d’achat, vous vous êtes probablement déjà rapproché de votre banque pour vous assurer du budget sur lequel vous pouvez partir pour votre achat immobilier.

Mais avant d’émettre l’offre d’achat, il peut être pertinent de contacter votre banque pour leur demander une attestation de financement. Ce document ne garantit pas que vous aurez votre prêt mais il permet d’informer le vendeur que vous avez capacité à rembourser l’emprunt.

En joignant cette attestation de financement à votre offre d’achat, vous avez beaucoup plus de chances d’obtenir une réponse positive de votre vendeur, surtout si vous êtes potentiellement en concurrence avec d’autres acheteurs pour ce bien. L’attestation de financement est un bon moyen de se démarquer des autres car beaucoup n’y pensent pas forcément.

Bien tout vérifier une dernière fois

Pour finir, on ressent souvent un sentiment d’urgence au moment d’émettre son offre d’achat. Le temps presse, certes, mais il faut tout de même vous assurer que vous n’aurez pas de surprises plus tard. C’est pourquoi il ne faut pas négliger ces vérifications au préalable.

Pour vous aider, il existe des sites comme Immo Data qui permettent de collecter rapidement de nombreuses informations sur un bien immobilier et ainsi gagner un temps précieux.